Le programme estival intra-hospitalier

Retour Contactez-nous
/ / /
activités hôpital fete musique hôpital sport hôpital sport enfant malade

Cet été, au-delà des séjours au Phare des Sourires et des traversées de la Méditerranée en catamaran, les activités à l’hôpital restent essentielles. L’équipe permanente de Sourire à la Vie, composée d'animateurs et d’enseignants en activités physiques adaptées assure une présence constante auprès des enfants dans les chambres à l’hôpital et dans l’espace sportif créé au sein même du service d’oncologie-hématologie pédiatrique.

« L’hospitalisation est difficile mais quand elle survient à certaines périodes comme l’été, elle l’est d’autant plus. La période estivale est un des moments les plus difficiles à l’hôpital. L’enfant a plus que jamais envie d’évasion, de liberté et de décloisonnement. C’est pourquoi il est important de poursuivre voire d’accentuer nos activités. » Clothilde Vallet, Chargée de recherche et coordinatrice des activités physiques adaptées.

Quelles sont les activités proposées ?

« Tout au long de l’été, notre équipe intervient en préparation physique adaptée dans la chambre de l’enfant et dans l’espace sportif. Pour répondre à son besoin d’évasion et de liberté, nous allons travailler avec lui sa préparation à de futurs séjours à l’extérieur proposés par Sourire à la Vie. Une préparation physique plus intense lui permet de sortir de quelques heures à plusieurs jours de l’hôpital pour partir à la rencontre de la Patrouille de France, rejoindre les petits moussaillons sur un séjour bateau ou participer à un stage au Phare des Sourires…. Cela permet de donner un objectif de sortie à court terme qui motive l’enfant et l’aide à traverser les épreuves. Des activités parallèles viennent se greffer au programme sportif comme les séances de cinéma ou encore les petits déjeuners pour les familles. » Clothilde Vallet.

Quels sont les bienfaits de cet accompagnement intra-hospitalier ?

« Mobiliser l’enfant par le jeu a pour but de l’amener à rester actif, perdre moins de poids, rester plus en forme, réduire sa perte d’autonomie, diminuer l’impact des traitements et gommer l’isolement de l’enfant.  L’enfant joue et retrouve très vite ses capacités mises à mal par les longues périodes d’alitement. Il est important que l’enfant continue à faire des activités pendant ses hospitalisations afin de le préparer physiquement à faire des choses à l’extérieur en favorisant son épanouissement et en lui permettant de rester actif. Il s’agit de maintenir une masse musculaire et des capacités physiques importantes pour sa vie au quotidien. » Clothilde Vallet.